Après son sacre mondial en scrabble classique à Bulle en Suisse: François Xavier Adjovi au bercail, l’accueil chaleureux de la FéBéSc

Dimanche, 16 juillet 2023, à Bulle en Suisse, le Bénin est entré dans l’histoire du scrabble classique mondial pour la deuxième fois (après 2014). Ceci, grâce à celui qu’on surnomme le père des trophées : François Xavier Adjovi. Il a été sacré champion du monde de scrabble classique. De retour au bercail, dans la soirée du mardi, 22 août 2023,  il a été accueilli en héros par sa famille de scrabble et la Fédération béninoise de scrabble (FéBéSc) avec à sa tête le président Ayodélé Hervé Boni.

 

Comme un prince, il a reçu les honneurs dus à son titre par ses pairs et la FéBéSc. A l’aéroport international de Cotonou, le nouveau champion du monde de scrabble classique François Xavier Adjovi, de retour au bercail, a été accueilli en héros.

Pour marquer cet instant inédit, la FéBéSc avec à sa tête le président Ayodélé Hervé Boni n’a pas fait les choses à moitié. Un dîner lui a été offert dans une bonne ambiance festive. Et, le champion n’a pas caché sa joie. Occasion pour celui qu’on surnomme le père des trophées de revenir sur les circonstances de son sacre. «Dieu m’a béni et m’a donné cette victoire. L’habit que j’avais porté ce jour-là, c’était celui de la consécration de l’Eglise Saint Louis de Gbèdégbé à Cotonou. Dieu m’a inspiré et m’a dit de porter cet habit. Le Saint Esprit m’a beaucoup inspiré. Ce que je pratiquais a été très élevé cette  année. J’étais vraiment inspiré. Ce qui a fait que j’ai gravé tous ces échelons jusqu’à arriver au sommet», a-t-il relaté avant de reconnaître que le parcours a été parsemé d’embûches. «Je remercie Dieu pour m’avoir accordé cette grâce et cet esprit qui m’a envoyé sur le chemin de la victoire», a-t-il ajouté. Il n’a pas manqué de bénir le Seigneur et tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à ce succès notamment la FéBéSC, le ministère des Sports.

«Pour un président de Fédération, la plus grande satisfaction, c’est de savoir qu’un de ses poulains conquiert le titre suprême dans sa discipline. Donc, vous devinez la joie suite à la médaille en or de François Xavier Adjovi au championnat du monde de scrabble», s’est réjoui le président Ayodélé Hervé Boni. Pour lui, c’est maintenant que le plus dur commence. Pas question de dormir sur ses lauriers. «Pas question de prendre la retraite. Il faut rester pour pouvoir guider la jeunesse montante et les jeunes scrabbleurs afin de leur montrer la voie qui mène vers l’excellence», a insisté le président de la FéBéSc. Et, pour maintenant le cap, il s’agira, selon ses propos, de continuer à appliquer les formules qui marchent et d’amener les scrabbleurs à s’entraîner régulièrement.

A.F.S.

Source : Matin Libre

Laisser un commentaire