Les inculpés remettent en cause le rapport d’audit

Les personnes poursuivies dans le dossier des 2646 véhicules non dédouanés à l’Agence nationale des transports terrestres (ANaTT) étaient devant les juges de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET) ce lundi 24 avril 2023. Dans leurs dépositions, ils ont rejeté les accusations portées contre elles, et remis en cause le rapport d’audit.

L’ancien chef division immatriculation de l’ANaTT, 02 agents du service de retrait des plaques d’immatriculation, et le chef service immatriculation ont fait leurs dépositions lundi 24 avril 2023 à la CRIET. Dans leurs déclarations, ils ont expliqué aux juges de la juridiction spéciale, leurs rôles dans le processus de délivrance des plaques d’immatriculation. Aucun d’entre eux n’a reconnu les faits mis à sa charge. Les mis en cause à travers leurs déclarations à la barre, ont remis en cause le rapport d’audit.

L’un des agents chargé de recevoir les usagers au service de retrait de plaques d’immatriculation a expliqué pour sa part que la commission d’audit ne l’a jamais rencontré pour l’interroger sur les détails de ses fonctions avant de citer son nom dans le dossier. Il ne serait pas devant les juges si la commission l’avait écouté.

Le chef de service immatriculation des véhicules à 04 roues informe avoir travaillé pendant 04 mois à son poste avant d’être arrêté et déposé en prison. Il n’aurait pas été également écouté par la commission afin de s’expliquer. Le rapport de la commission à l’en croire, ne fait état nulle part, de son nom, ni l’intitulé de son poste.

D’après lui, l’enquête a été réalisée entre 2016 et 2020, et pendant ces 04 années, ce sont les plaques de série BF, et BV qui ont été délivrées. Dans les 2646 véhicules non dédouanés évoqués par la commission, il y a des séries à une lettre, et aussi des AF, des véhicules immatriculés bien avant la période de l’enquête. Le chef service a aussi expliqué que la commission n’a pas fait la distinction entre véhicules immatriculés et véhicules réimmatriculés, les mutations et les changements de nom.

La Cour après avoir écouté les prévenus a renvoyé le dossier au 15 mai prochain pour réquisition et plaidoirie.

Le dossier des 2646 véhicules immatriculés sans dédouanement fait suite au rapport d’une commission d’enquête. Le montant des préjudices selon ledit rapport, est estimé à 13,6 milliards de francs CFA. Thomas Agbéva, ex directeur général de l’ANaTT, principal accusé dans le dossier et ses coaccusés furent arrêtés et déposés en prison. Mais ce dernier est décédé pendant son séjour carcéral.

Source : 24 Heures au Bénin

Laisser un commentaire