Match Bénin # Sénégal: Le Conseil national des supporters du Bénin s’active

Le Conseil national des supporters du Bénin (Cns-Ben) s’active bien pour accompagner les Guépards du Bénin pour un succès face au Sénégal samedi 17 juin prochain. Il mène plusieurs activités pour intéresser le public sportif béninois à la bonne cause. Le porte-parole du Cns-Ben, Marwana Salou, fait le point dans cet entretien… Lisez-plutôt !!! 

 

Comment le Cns-ben s’active-t-il pour le succès des Guépards samedi prochain ?

Ça fait plus de trente cinq (35) jours  que nous sommes mobilisés par rapport à ce match. A quarante-et-un jours, nous avons commencé les activités telles que les répétitions deux fois par semaine, les demandes de messe dans les confessions religieuses. Le Bénin étant un pays laïc, donc dans toutes les religions. C’est important d’associer Dieu à votre œuvre.

Vous ne pouvez rien réussir sans la bénédiction de Dieu. Certes, il y a le travail, l’engagement des joueurs, les entraînements des joueurs, la performance des joueurs, mais pour que vous puissiez vous réveiller en bonne forme, pour que vous ne souffrez d’aucun mal avant de vous retrouver sur le terrain, et que, ce jour de match, vous puissiez être habité de très bonnes idées, de très bonnes intentions, et que vous réussissez tout ce que vous aurez à faire, c’est de l’esprit de Dieu qu’on a besoin. C’est de la volonté de Dieu. Donc, nous implorons Dieu d’accompagner nos joueurs afin que le 17 juin soit un jour bénéfique pour eux. C’est d’autant plus important puisque que le facteur chance qui représente un certain pourcentage dans le jeu existe. Et donc, il faut inviter Dieu, implorer sa clémence. (…) Il y a un moment qu’on a connu une joie collective dans ce pays. C’est dans ce cadre que nous avons lancé des messes à l’intention de nos Guépards.

Quel serait le clou de cette initiative ?

Le clou de cette initiative, c’est le jeudi à l’Eglise Catholique de casse auto afin que nous puissions prier. D’abord, c’est à double titre. Prier pour tous les morts au niveau du Conseil national des supporters du Bénin notamment Berna Tapis, Papas Bonheur, tous ceux qui ont été nos mascottes, membres du bureau, président d’association, etc. Et le vendredi, ce sera dans les mosquées de Cotonou.

Toutes ces prières afin que d’où qu’ils soient, qu’ils puissent intercéder, agir pour aider les Guépards à vaincre le Sénégal. Le Bénin n’a pas le grenier de joueurs dont dispose le Sénégal mais le Bénin a une force, la terre qui nous a vus n’être, celle de Béhanzin, Bio Guerra, Toffa, celle des Amazons qui ont combattu pour la liberté de cette nation-là. Cette terre, elle regorge de vaillants ambassadeurs et fils qui peuvent, quand ils sont ensemble, unis, regardant dans la même direction, triompher.

Qu’il vous souvienne que pour les éliminatoires conjoints Can, Coupe du monde 2010, on était ensemble, on regardait dans la même direction, on est venu à bout du Ghana qui n’avait connu aucune défaite et d’ailleurs, n’avait jamais encaissé un but avant la dixième journée. A Cotonou, nous les avons battus. Qu’il vous souvienne que le 16 octobre 2017, l’équipe d’Algérie, auréolée de 29 matchs sans défaite, est venue à Cotonou. Au stade Mathieu kérékou, avec les enfants du Bénin, tous unis debout comme un seul homme, de la 80ème minute à la 99ème minute, sont venus à bout de cette équipe d’Algérie.

C’est à cette solidarité, cette ambiance, cette union, cette communion d’esprit, d’intention de foi en la victoire, de foi en la victoire de nos Guépards, que nous appelons tout le monde, et même nos morts, nos héros.

Votre mot pour clore cet entretien…

Vous savez, le Cns-Ben compte aujourd’hui 64 associations réparties dans 11 départements sur les 12. Nous sommes un nombre donné. C’est vrai, quand vous vous amusez à avoir 50 personnes, ça fait dans l’ordre de six milles supporters. Alors que ce stade-là, c’est trente mille. Nous travaillons à ce que ce soit trente mille supporters dans le stade qui vont chanter le nom des Guépards, les pousser de la première à la dernière minute. Nous ne voulons pas seulement qu’on sente les six mille environ que nous sommes. Nous voulons que tout le stade soit rempli de supporters, pas de spectateurs. Des supporters qui chantent, qui croient en la victoire des Guépards. Quand on va se mettre tous à y croire, on va y arriver. Il n’y a jamais deux sans trois. Il y a eu le Ghana, vaincu 1-0. Il y a eu l’Algérie, vaincue 1-0. La troisième grosse cylindrée, la meilleure équipe des cinq dernières années, c’est le Sénégal. C’est le moment où à jamais, il faut rentrer davantage dans l’histoire du football. Nous en sommes capables.

Propos recueillis par : A.F.S./Transcription : Kassirath CHITOU

Source : Matin Libre

Laisser un commentaire