Mécontents de la Rupture: Les policiers retraités du Bénin s’adressent à Patrice Talon

Les fonctionnaires de police à la retraite ne sont pas contents de leur situation sous le pouvoir de la Rupture, eux qui ont pourtant servi loyalement le pays durant plusieurs décennies. « Ça ne va pas », clament-ils dans une lettre ouverte adressée par leur Amicale au chef de l’Etat et parvenue à notre rédaction.

 

Réunis au sein de l’Amicale des policiers retraités du Bénin (Aprb), les concernés disent n’avoir bénéficié de rien à l’ère de la rupture. « La gestion désastreuse de la carrière des policiers a donné lieu à la reconstitution de carrière qui piétine depuis des années. Et c’est en 2019 qu’une commission interministérielle a été créée (Cf Arrêté interministériel n° 2019-102/Misp/Mef/Mdn/Dc/Sgm/Dspsr/Sa/034 Sgg du 19 juin 2019 portant création d’une commission chargée de revisiter la carrière de certains fonctionnaires de l’ex-Police nationale. Mais voilà que depuis octobre 2020, le rapport a été transmis du ministère de l’Intérieur à la Direction générale de la police républicaine pour faire signer le Décret, l’Arrêté et la décision suivant les catégories. Et elle dispose d’un délai de trente (30) jours à compter de sa première séance de travail », soulignent-ils en relevant qu’« au mépris de tous les textes régissant le code du travail et le code des pensions civiles et militaires, les policiers retraités du Bénin sont exclus de tous les actes administratifs ». Face à cette exclusion, ces fonctionnaires de police à la retraite sont remontés : « Pourquoi tant de mépris pour des retraités, cette couche sociale très vulnérables ? Après avoir accompli la rude et éprouvante fonction policière, méritent-ils ce traitement ? », interrogent-ils. La situation semble préoccupante à leur niveau puisque si l’on s’en tient au contenu de la lettre ouverte au président de la République, Patrice Talon, beaucoup trépassent dans leur rang à cause des conditions de vie non reluisantes. « Le cœur plein de chagrin, les policiers retraités du Bénin meurent en masse. Pour nous en convaincre, veuillez demander le nombre de policiers retraités décédés en 2018, 2019, 2020, 2021, 2022 et ce premier semestre de 2023. La liste du carnet noir est très longue et écœurante et laisse penser à une hécatombe. On donne ainsi raison à ceux qui pensent que la retraite est l’antichambre de la mort », dépeignent-ils. La présente correspondance n’est pas leur première action menée pour se faire entendre. L’Amicale a fait savoir qu’une requête avait été déjà adressée au ministre de l’intérieur depuis 2019 par le président du Bureau exécutif mais qu’elle « n’a eu aucune suite, fut-elle verbale ou écrite, favorable ou défavorable jusqu’à ce jour ». D’où cette suggestion de l’Aprb « en effet, le président Patrice Talon avec son sens élevé d’écoute, son pragmatisme et son opiniâtreté nomme par confiance des cadres à des postes stratégiques et qui ternissent son image par leur mauvaise manière de servir et le rendent impopulaire. Il serait souhaitable de solliciter la compétence des spécialistes de la gestion des ressources humaines et de la carrière du ministère du ministère de la fonction publique et du travail pour une étude plus judicieuse et efficiente de la situation administrative des retraités de la police, cette couche très vulnérable de la société ». Et de conclure : « Espérant que votre regard bienveillant et philanthropique sèchera nos larmes et apaisera nos cœurs meurtris, nous vous prions de recevoir Monsieur le président de la République, l’expression anticipée de notre très sincère gratitude ». Il faut souligner que l’Apbr dans sa correspondance s’est appuyées sur la Loi n°2015-20 du 19 juin 2015 portant statut spécial des personnels des forces de sécurité publique et assimilées, la Loi 2017-41 du 29 décembre 2017 portant création de la police républicaine, le Décret n°2018-155 du 02 mai 2018 portant modalités de reclassement des personnels de l’ex-police nationale dans les différents grades des corps créés par la loi en 1ère référence, le Décret n°2020-493 du 07 octobre 2020 portant modalités de reclassement des personnels dans les corps et grades de la police républicaine et le Décret n°2020-493 du 07 octobre 2020 portant échelonnement indiciaire dans les grades du corps des personnels de la police républicaine.

Mike MAHOUNA

Source : Matin Libre

Laisser un commentaire