Le Congo à l’école du Bénin en matière de microfinance. Dans le cadre des Assises nationales de l’économie informelle au Congo qui se sont déroulées du 8 au 10 Février 2023 à Brazzaville, la ministre béninoise des affaires sociales et de la microfinance,0000000000 a été conviée aux travaux par le gouvernement congolais. Ceci, pour partager avec les participants, l’expérience du financement des femmes du secteur informel par le Microcrédit Alafia.

L’expérience du Bénin en matière d’inclusion financière notamment le microcrédit aux plus pauvres inspire le Congo. A cet effet, la ministre béninoise de la microfinance était cette semaine au Congo pour partager l’expérience avec les autorités congolaises.  L’occasion pour Véronique Tognifodé d’évoquer la mise en œuvre, les avantages et les perspectives du financement des activités génératrices de revenus par le microcrédit Alafia au Bénin. Alors que le secteur informel se révèle être un secteur important du fait qu’il cristallise le plus grand nombre d’emplois et représente une bonne partie de la richesse nationale, les microcrédits apparaissent comme indispensables pour la marche vers l’inclusion financière. « Au Bénin, l’économie informelle occupe 95 % de la main d’œuvre et représente environ 60 % du PIB. Et les femmes y sont majoritaires »  a fait savoir l’autorité ministérielle. A l’en croire, l’intérêt accordé aux femmes s’explique par le fait qu’elles représentent 63,6% des emplois dans le secteur informel et sont dominantes dans l’activité commerciale où elles représentent 76% des emplois. Toute chose qui justifie la mise en œuvre des actions publiques dont le Microcrédit Alafia pour favoriser l’élimination des barrières qui excluent les plus démunies, notamment les femmes du système financier classique. Elle a, par ailleurs, évoqué les réformes opérées pour dépolitiser le secteur, faciliter l’accès et les transactions aux femmes ainsi que les facilités accordées afin de les soulager, d’atteindre un grand nombre de bénéficiaires et de pérenniser le programme. « A la date du 31 Décembre 2022, soit deux ans après ses réformes, c’est la somme de 21,493 milliards de FCFA qui a été déjà décaissée aux Systèmes Financiers Décentralisés (SFD) partenaires. Près de 500 mille personnes dont 86% de femmes ont été touchées avec un taux de remboursement de 94%. Une situation qui favorise les SFD, remet les femmes au travail et plus particulièrement les groupements féminins » précise le site officiel du gouvernement béninois. Notons qu’en marge des Assises, la ministre béninoise a été reçue en audience par le premier ministre congolais, Anatole Collinet Makosso. Les échanges se sont articulés autour du traité entre le Congo et le Bénin sur la mobilité transfrontalière des enfants, sujet déjà confié aux services respectifs pour actualiser les textes en la matière et poursuivre rapidement les démarches idoines, renseigne le gouvernement béninois. Notons que les Assises nationales de l’économie informelle au Congo ont été organisées avec l’appui de la Banque Mondiale et du Pnud dans l’optique d’offrir un espace de dialogue aux travailleurs de l’économie informelle et de dégager les axes prioritaires pour l’élaboration de la politique nationale de l’économie informelle assortie d’un plan d’action.

A.B

Source : Matin Libre

Laisser un commentaire