Post-Trauma: Un billet de Tiburce Adagbé

Le stress post-traumatique hérité de l’accident de Dassa s’enracine dare-dare, au point où les usagers des bus de transport interurbain ont désormais l’affreuse impression d’embarquer pour un voyage sans retour, chaque fois qu’ils prennent place dans ces véhicules dorénavant symboles d’épouvante. Ce qui nous vaut de recevoir, depuis peu, de chaleureux « Alléluia, je suis bien arrivé » sur nos téléphones, de la part de parents voyageurs.

« A chacun son marteau brise-vitre ! » lancent, non sans humour, ceux qui redoutent la répétition du drame. En attendant, peut-être, que la situation lamentable de nos casernes de pompiers n’inspire, à son tour, un punchline bien senti au seuil des bus : « A chacun son extincteur ! ».

Tiburce

Source : Matin Libre

Laisser un commentaire