Retour au-devant de la scène de la musique béninoise: Le groupe Black Santiago fait son come-back fulgurate

Le groupe de musique Black-Santiago se relance de plus belle dans le paysage artistique et culturel après 60 ans de lumière musicale sur le Bénin. L’un des ténors, Valette Yves Gontran alias ‘’Goby’’ est revenu sur l’actualité du groupe lors d’une conférence déjeuner de presse organisée par l’Institut français à l’intention des hommes des médias, dans la perspective de décrypter le programme du mois. Selon Madame Bidou, la directrice déléguée de l’Institut français du Bénin, la fête de la musique qui se célèbrera en différé, le samedi 24 juin 2023, sous la paillote de l’Institut, sera une occasion propice de permettre au groupe Black Santiago de se produire afin de se laisser découvrir par la jeune génération et les curieux qui n’ont jamais eu l’opportunité d’assister à leur prestation. En effet, il s’agit d’un groupe de renom qui évolue beaucoup sur le rythme salsa et qui a fait bouger le Bénin pendant longtemps. C’est ce mythique rassemblement qui a vu feus Miguélito père, Bayo Agonglo et autres évoluer sur la scène musicale pour émerveiller les fans et mélomanes. A cause de la perte prématurée de certains ténors, le groupe a observé une trêve d’animation artistique. Mais maintenant, il veut se relancer de plus belle.  Et pour y parvenir, c’est d’abord un film documentaire réalisé au sujet du groupe qui viendra annoncer les couleurs avant le géant concert qu’ils vont donner pour clore la célébration de la fête de la musique à l’Institut français de Cotonou.

 

Rappelons que Black Santiago est en train de faire du sang neuf avec l’enrôlement de jeunes talents qui ont pour mission de poursuivre ce que les anciens ont entamé et tout ceci sous le contrôle de ‘’Goby’’.  « L’orchestre a été fondé en 1964 par feu Ignace de Souza à Accra. Le début de l’orchestre a commencé au Bénin où il a recruté à l’époque des jeunes, puis ils ont commencé par jouer. Ainsi, ils ont décidé d’aller voir un peu ailleurs comment ça évolue. C’est alors qu’ils ont choisi la destination d’Accra au Ghana. Entre temps, ils ne s’appelaient pas Black Santiago au Bénin. C’est arrivé au Ghana qu’ils ont refait le groupe, ils ont recruté des Ghanéens aussi  et ils ont commencé par animer dans des clubs. Moi, j’étais à peine né. Et selon le récit qui m’a été fait, à mon entrée dans le groupe, c’est que lorsqu’ils jouaient, ceux qui venaient suivre le spectacle danse à abimer leur chaussure. Ils ont fait des remarques de ce genre après chaque spectacle qu’ils donnaient. Et en ce temps, ce sont les chaussures Santiag qui étaient en vogue. Et surtout qu’ils sont spécialisés dans la salsa, le Hit life et tout, c’est là ils ont eu l’idée de donner le nom ‘’Les noirs qui portent le Santiag.  Alors qu’il y a une ville du Cuba qui s’appelle Santiago, ils ont dit alors les noirs du Santiago. D’où la dénomination du groupe qui est resté jusqu’aujourd’hui ‘’Black Santiago’’ » relate ‘’Goby’’ pour remonter le temps et faire toucher du doigt la genèse de ce mythique groupe qui continue de faire son petit bonhomme de chemin dans l’ambiance.

 

Teddy GANDIGBE   

Source : Matin Libre

Laisser un commentaire