9ème législature: Les Démocrates : des ambitions, sans marge de manœuvres

A peine installés ce dimanche 12 février 2023 pour le compte de la 9ème législature, les députés du parti Les Démocrates haussent déjà le ton quant aux nombreuses lois et réformes qu’ils continuent de trouver indigestes. Même s’ils affichent une volonté de s’affirmer, ils manqueront de marge de manœuvres pour arriver à leur fin.

 

Après les législatives du 8 janvier 2023, les 109 députés issus des trois formations politiques sont désormais entrés dans leurs attributs. Ainsi, pour trois ans, ils seront appelés à voter des lois, mais également à contrôler l’action gouvernementale. Le parti  »Les Démocrates », sorti troisième avec 28 députés rêve grand pour l’opposition au régime de Patrice Talon, qu’il constitue dans l’opinion et désormais au parlement. En déphasage avec plusieurs réformes et lois entrées en vigueur sous le régime de l’actuel Chef de l’État, cette formation politique présidée par Éric Houndété n’a eu de cesse de les dénoncer avec véhémence. Ayant appelé tout le temps Patrice Talon à revenir sur la plupart d’entre elles, rien n’y fit. Malgré toute cette ambition débordante qui a toujours caractérisé les discours et sorties médiatiques musclés du parti, tout est resté en l’état. Dès lors que la formation politique de l’opposition a fait son entrée au parlement, elle n’a d’ailleurs pas revu ses ambitions à la baisse. Dans une déclaration poignante lue par le député Nourenou Atchadé, le parti a annoncé ses couleurs. À travers ce que l’on pourrait caractériser de réquisitoire, le parti  »Les Démocrates », lors de cette première séance qui consacre l’installation des députés, a réitéré son souhait de voir toutes ces lois et réformes autrefois crisogènes et toujours à polémiques, être revues. Seulement, ce rêve restera à coup sûr juste des propos non tranchés. Puisque, le parti n’a pas le destin politique du parlement en main. Sans donc la minorité de blocage, le parti  »Les Démocrates » ne pourra à tort ou à raison rien remettre en cause au parlement. Même si les débats pourraient parfois être houleux du fait du retour d’un certain Éric Houndété, Léon Ahossi ou de Nourénou Atchadé au parlement pour le compte de cette formation politique, c’est sans nul doute qu’ils en resteront là. Déjà que les votes seront à main levée, la majoritaire parlementaire acquise d’emblée par la mouvance avec l’Union progressiste le Renouveau (Up-R) et le Bloc républicain (Br) ne fléchira pas de si tôt. Au-delà donc des ambitions et de la volonté, quelque chose de précieux manquera au parti  »Les Démocrates », pour la mise en œuvre de ses plans. Sauf cataclysme.

J.G

Source : Matin Libre

Laisser un commentaire