Cérémonie d’installation d’un député rétabli: Vlavonou, malgré lui ; Hêhomey fait son show

Hervé Hêhomey a retrouvé hier son siège de député qu’il avait pourtant laissé à son suppléant Janvier Yahouédéou. Mais abracadabra ! quelques jours après, le chef de l’Etat sort Hervé Hêhomey de l’équipe gouvernementale. Déjà une fois éjecté du gouvernement puis réhabilité, l’ancien ministre des transports trouve que sa seule porte de sortie, c’est sûrement reprendre à Janvier Yahouédéou le siège qu’il avait abandonné au profit du fauteuil ministériel. Une loi votée par la 8e législature lui en donne le droit. Mais, l’interprétation faite par la plupart des députés en est autre. Résultat, c’est une fin de non recevoir que le président de l’Assemblée nationale Louis Vlavonou a transmis à Hervé Hêhomey. Il va saisir la Cour constitutionnelle qui va le rétablir dans le fauteuil de titulaire. La cérémonie d’installation d’hier était donc plein de sens. D’abord pour le président Louis Vlavonou qui a dû obéir à la décision de la Cour constitutionnelle, malgré lui. Il était tout sourire en serrant les mains de Hervé Hêhomey. Mais ce sourire ne cache-t-il pas un regret de n’avoir pas été suivi par la Cour, dans sa décision ?

Hêhomey dans un show inopportun

Pour son retour à l’Assemblée nationale, l’ancien ministre des transports n’a pas fait les choses à moitié. Une foule de sympathisants venus de la 24e circonscription électorale était sur l’esplanade de l’Assemblée nationale afin d’honorer leur élu. A l’image des Démocrates, Hervé Hêhomey a aussi eu son 12 février. Il a célébré sa victoire sur non seulement Janvier Yahouédéou mais sur tous les députés qui trouvaient qu’il n’était pas en droit de retrouver son siège. Mais, y-avait-il vraiment des raisons du faire tout ce boucan ? Hêhomey aurait été célébré s’il avait renoncé de lui-même à son siège de ministre pour siéger au Parlement. Il aurait créé la surprise, donner aux Béninois des raisons de croire qu’il a encore des gens qui ne s’accrochent pas aux avantages que leur confère leur statut. Mais au lieu de ça, il a fallu qu’il soit éjecté du gouvernement pour ensuite se voir dans la peau du député. Dans ces conditions, qui-est-ce que les populations de la 24e circonscription électorale sont venues célébrer ? Le ministre qui n’avait pas, dans un premier temps, voulu être leur représentant au Parlement ?

M.M

Source : Matin Libre

Laisser un commentaire