(Décryptons le discours exagéré de Gbénonchi et prenons date)

Les deux formations politiques siamois l’Union progressiste Le Renouveau et le Bloc Républicain, à travers des délégations respectives, ont séjourné en Chine, du 25 mai au 03 juin 2023. L’information a été rapportée et relayée par plusieurs médias locaux, et il en ressort que c’est sur invitation du Parti communiste chinois (Pcc). La visite en elle-même ne pose pas de problème si ce n’est que pour aller s’informer du modèle politique chinois en ce qui concerne notamment ce parti centenaire. Mais ce qui retient l’attention, c’est le discours de Gérard Gbénonchi, Chef de la délégation de l’Up Le Renouveau, deuxième Vice-président dudit parti, député à l’Assemblée nationale du Bénin et Président de la Commission des finances et des échanges de l’Assemblée nationale du Bénin.

 

Le déplacement en terre chinoise d’une délégation béninoise de formation politique au pouvoir n’a visiblement pas démarré avec l’Up Le Renouveau et le Br. Les Fcbe, sous l’ancien chef de l’Etat Yayi Boni, avaient selon certaines sources, fait le même exercice. Pour ce qui est d’actualité, le cas BR ne nous intéresse pas pour le moment. Attardons-nous donc sur qu’a dit le chef de la délégation du parti Up Le Renouveau le 30 mai 2023 depuis Wuhan dans la province de Hubei. « Notre parti, l’UP le Renouveau, après deux élections législatives et une communale s’est imposée comme la première force politique du Bénin. Il assure la présidence du parlement béninois et la gouvernance de 43 communes sur 77.

Notre parti, l’UP le Renouveau est d’idéologie socialiste moderne, né de la fusion de 259 partis d’obédience socialiste, à la suite de la réforme du système partisan engagée par le Président de la République du Bénin, son Excellence Patrice Talon, dès son arrivée au pouvoir en 2016 », expose-t-il en plantant le décor. Là-dessus, rien à signaler si les militants et partisans de l’Up Le Renouveau s’accordent sur cette idéologie. Mieux, si le peuple s’y reconnaît.

Deuxième morceau choisi : « Depuis notre arrivée, ici en Chine nous avions été séduit par le miracle du génie chinois en 100 ans d’existence du PCC dans tous les domaines : l’hospitalité, la discipline, l’éradication de l’extrême pauvreté, dix ans avant la date de l’agenda 2030 des nations unies, l’intelligence artificielle, la démocratie populaire intégrale, l’émergence des villes populaires construites par le peuple et pour le peuple, l’organisation du parti … autant de prouesses réalisées sous le guide éclairé des différents Secrétaires généraux du Pcc, de Mao Tse Tung à Xi Jinping ». Séduisant et inspirant, n’est-ce pas ? En tout cas, de quoi susciter le troisième morceau choisi : « Avec son passé d’ancienne colonie française, l’influence des concepts de développement est visible sur les choix successifs au Bénin. Notre histoire politique, qui est un héritage de la colonisation, du marxisme-Léninisme, du renouveau démocratique et les exigences de nos peuples nous contraignent à des choix de développement réalistes, durables et sans complexe. Notre parti, l’UP le Renouveau ambitionne d’asseoir son hégémonie sur l’échiquier politique national et d’influencer les choix de développement de notre pays pour les 100 prochaines années ». Gérard Gbénonchi a parlé, et de son propos, le rêve est grand au sein de l’Up Le Renouveau : asseoir l’hégémonie de ce parti politique né fin 2018 sur un siècle. C’est un projet, c’est un rêve. Et on ne peut pas dénier à quelqu’un d’avoir un projet. Le plus important, c’est la concrétisation. Pour ce faire, le projet ou le rêve ne doit pas être surréaliste ou irréaliste. Dans son discours, Gérard Gbénonchi parle-t-il de la même formation politique Union progressiste Le Renouveau dans un contexte béninois ? Certes, tout commence un jour. Mais si c’est de l’Up Le Renouveau, réceptacle de l’ancienne Ubf (sous Kérékou), Union fait la nation et Fcbe (sous Yayi) que parle Gbénonchi, quel gage donne-t-il que l’Up Le Renouveau irait au-delà de Patrice Talon et ne subira pas le même sort que les grandes coalitions précédemment citées ? Lorsque le chef de la délégation de l’Up Le Renouveau évoque l’idéologie, il s’agit de laquelle? Celle qui fait positionner têtes de liste sur l’Up Le Renouveau des transfuges de dernière minute? Ou bien Gérard Gbénonchi, qui reste admiratif du Pcc de Mao Tse Tung à Xi Jiping pense que l’Up Le Renouveau pourrait y arriver en faisant des transitions confuses telles de Bruno Amoussou à Joseph Djogbénou, il y a presqu’un an ?

Et Gérard Gbénonchi poursuit….

Comme il est de coutume dans les discours officiels lorsqu’on est en face de l’étranger, on polit les angles, on soigne l’image et parfois on exagère dans la présentation de la réalité quitte à flatter le vis-à-vis. En Chine, la délégation de l’Up Le Renouveau n’était pas loin de ce scénario. Poursuivons avec le décryptage du discours de Gérard Gbénonchi à Wuhan. Dernier morceau choisi : «Les avis ci-après résument bien notre point de vue sur la modernisation à la chinoise:_ Sur l’indépendance : l’aspiration du peuple béninois à l’indépendance totale est toujours plus croissante. La responsabilité de l’UP le Renouveau sur cette question est immense et nous oblige à étudier toutes les politiques qui s’enracinent sur la culture béninoise et de ses réalités. _La priorité au peuple est non négociable à l’UP le Renouveau et ceci passe par le développement, la prospérité partagée, le vivre-ensemble et la cohésion nationale. Notre vision de la démocratie n’exclut pas les minorités». Dans la concrétisation du Programme d’action du gouvernement, l’Up Le Renouveau est majoritaire dans l’administration locale, au gouvernement et au Parlement. A bon droit donc, quand on parle de développement au profit du peuple, l’Up Le Renouveau peut s’enorgueillir. Mais est-ce pour autant qu’il faut conclure que « la priorité au peuple est non négociable à l’Up Le Renouveau » ? Tous les indicateurs sont-ils vraiment au vert ? Combien de lois controversées mais pourtant votées par l’Assemblée nationale ont fait l’objet de large consultation avec in fine la position du peuple qui prime ? Les lois sur la grève, l’embauche, l’avortement sécurisé, la révision constitutionnelle ont-elles réellement accordé priorité au peuple dans les débats houleux qui ont prévalu ? Quelle était la posture des députés Up le Renouveau ? Pour finir, lorsqu’au nom de l’Up Le Renouveau, le chef de la délégation déclare que la vision du parti de la démocratie « n’exclut pas les minorités », d’aucuns pourraient trouver que c’est discutable surtout le plan politique avec le Parlement 8ème législature monocolore et la 9ème législature qui a également démarré avec des contestations et recours de la minorité (opposition) en ce qui concerne la répartition des postes au niveau des instances de l’institution. Autant de contrastes et d’exagérations qu’on peut relever dans le discours de Gérard Gbénonchi qui a conduit la délégation de l’Union progressiste Le Renouveau pour l’immersion en Chine.

Worou BORO

Source : Matin Libre

Laisser un commentaire