Un nouveau vent souffle depuis ce dimanche 12 février 2023, sur le parlement béninois. En fin de mandat, les députés de la huitième législature ont cédé place à ceux de la neuvième. Si certains ont pu renouveler leur mandat, d’autres non. De 89, le Bénin connaîtra désormais 109 élus parlementaires. Et, ce sont ces 109 qui d’ailleurs ont été installés pour le compte de cette législature entamée. Dans une ambiance bon enfant, l’on a retrouvé lors de cette cérémonie d’installation, des députés souriants et beaucoup plus aguerris. De la mouvance à l’opposition, toute la plénière s’est déroulée sans anicroches, ni tiraillements. Si la huitième législature a été installée en catimini et sous protection militaire compte tenu de sa couleur totalement inféodée et sans présence de l’opposition, tout s’est à contrario déroulé pour cette fois-ci, dans un environnement beaucoup plus vivifiant. Mieux, les députés du seul parti politique de l’Opposition représentée au parlement à savoir  »Les Démocrates » ont même fait une entrée triomphale car escortés par une kyrielle de militants heureux de retrouver les leurs, au parlement. Si rien n’a fléchi dans la séance d’installation même après la lecture d’un poignant message de l’honorable Nourenou Atchadé de l’opposition qui pourrait pourtant faire réagir la mouvance, l’élection du bureau de l’Assemblée nationale s’est également déroulée dans un esprit démocratique sans ambages. Du poste de Président jusqu’au deuxième Secrétaire parlementaire, les votes se sont déroulés avec tact et dextérité. Sans pressions ni pics, le parlement béninois a retrouvé ainsi ses lettres de noblesse. L’autre fait majeur ayant caractérisé les votes, c’est la présentation des candidats par le parti  »Les Démocrates » aux différents postes à pourvoir dans le bureau. Si à l’issue de ces votes, cette formation politique de l’opposition a pu réunir d’autres voix en plus des 28 acquises à sa cause, l’on pourrait, sans risque de se tromper, évoquer que l’esprit démocratique a repris corps avec cette mandature, pluri colores. En témoigne d’ailleurs la brillante élection de León Basile Ahossi de l’opposition, au poste de Deuxième Vice-président du parlement. Si cette option qui n’était pas imaginable enterre toute velléité de reprise de l’élection des membres du bureau compte tenu d’une jurisprudence existant à cet effet, elle participe également des signes annonciateurs d’une mandature tout sauf monologue et au cours de laquelle, les débats reprendront vie. Pour le bonheur de la démocratie béninoise.

Source : Matin Libre

Laisser un commentaire