Situation des migrants au Niger: L’Oim plaide pour un couloir humanitaire urgent

La situation sociopolitique au Niger n’épargne pas les migrants. Dans un communiqué rendu public, l’Organisation internationale pour les migrations (Oim) s’est préoccupée de la situation des migrants au Niger notamment la surpopulation alarmante dans les centres de transit pour migrants après la fermeture des frontières. Elle a appelé à la mise en place d’un couloir humanitaire urgent.

 

“L’Organisation internationale pour les migrations (Oim) appelle à la mise en place d’un couloir humanitaire urgent au départ du Niger pour les migrants bloqués afin de réduire la surpopulation dans ses centres, où sont hébergés des milliers de migrants, dont beaucoup attendent de rentrer chez eux. Les récentes fermetures des frontières et de l’espace aérien ont aggravé les difficultés rencontrées par les migrants bloqués et entravé les opérations d’aide au retour volontaire de l’Oim, tous les vols ayant été reportés ou annulés pour le moment.

En dix jours, de nombreux départs destinés à faciliter le retour volontaire de plus de 1 000 migrants, principalement du Mali et de la République de Guinée, ont été annulés ou reportés. Les inquiétudes continuent de croître à mesure que le nombre de migrants bloqués ayant besoin d’aide augmente (environ 1 800 migrants attendent une aide en dehors des centres de transit de l’OIM) tandis que les capacités et les ressources nécessaires pour accueillir de nouveaux migrants dans les centres diminuent“ alerte l’Oim. Selon ledit communiqué, l’Organisation accueille actuellement environ 5 000 migrants dans sept centres de transit stratégiquement positionnés le long des routes migratoires, quatre dans la région d’Agadez et trois dans la région de Niamey, où elle fournit une aide humanitaire d’urgence comprenant un hébergement, de la nourriture, des soins de santé, et le retour volontaire dans les pays d’origine.

“A l’heure actuelle, ces centres sont débordés par des centaines de migrants qui attendent une assistance à l’extérieur. Depuis ces dernières semaines, l’Oim soutient sans relâche les communautés d’accueil le long des routes migratoires au Niger par le biais de son programme de stabilisation communautaire dans la région d’Agadez. Cette initiative renforce la résilience économique des communautés, en mettant l’accent sur les femmes et les jeunes, tout en renforçant la cohésion sociale entre les communautés d’accueil et les communautés migrantes.

Au moins 1 200 femmes ont bénéficié d’un soutien pour leurs moyens de subsistance afin de promouvoir l’artisanat local et les activités génératrices de revenus, et de renforcer leur autonomie socioéconomique. En outre, des équipements médicaux ont été fournis aux centres de santé communautaires dans sept des seize municipalités de la région d’Agadez afin d’améliorer l’accès aux soins de santé pour les populations d’accueil et les migrants“ renseigne l’Organisation internationale pour les migrations. Le Niger occupe une position unique en tant que pays d’origine, de transit et de destination des mouvements migratoires à l’intérieur de la région, selon l’Oim, précisant que les 5 697 kilomètres de frontières partagées avec six États voisins placent le pays au centre de la plupart des routes migratoires de la région.

“Au cours du premier semestre 2023, plus de 60 000 migrants aux profils variés ont traversé le Niger, notamment des travailleurs migrants et des enfants migrants non accompagnés. L’Oim reste déterminée à fournir des services essentiels aux migrants dans ses centres. Cependant, l’extrême surpopulation actuelle constitue un signal d’alarme pour la santé et la sécurité des migrants et la capacité de l’Organisation à fournir une assistance vitale“ alerte l’Oim.

A.B

Source : Matin Libre

Laisser un commentaire